Publicité

Développement Clermont : le logement social attend toujours

Immobilier
32 unités de logement social doivent voir le jour dans le cadre du développement du projet Clermont sur la rue Saint-Grégoire.
32 unités de logement social doivent voir le jour dans le cadre du développement du projet Clermont sur la rue Saint-Grégoire. (photo : Simon Van Vliet)

La construction des 32 unités de logements sociaux et communautaires qui doivent être incluses dans le développement Clermont sur la rue Rivard n’a pas encore commencé.

« Nous sommes déçues et très inquiètes », a lancé Monique Hennebert, secrétaire du conseil d’administration de l’OBNL d’habitation Utopie Créatrice, lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement.

Deux projets de logements sociaux et communautaires, développés avec l’aide de l’Atelier Habitation Montréal, devaient voir le jour dans la phase II du développement Clermont. Il s’agit du projet d’OBNL Utopie créatrice, qui vise la mise sur pied d’un milieu de vie pour jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle, et de celui de la coopérative d’habitation l’égali-terre.

En 2013, le projet réalisé par Mondev avait été mis en candidature aux Prix Excellence pour les constructeurs de condominiums Garantie Habitation des Maîtres Bâtisseurs (GHMB) dans la catégorie « Revitalisation urbaine ».

Alors que les trois premières phases du projet, qui visaient la construction de 112 condominiums dans un vaste développement à l’angle des rues Saint-Grégoire et Saint-Denis, ont été complétées, les 32 unités de logement social n’ont toujours pas été mises en chantier.

« On déploie tous les efforts possibles tant du côté de l’arrondissement que du promoteur », déclare Lara Lévis, chargée de projet à l’Atelier Habitation Montréal, qui assure que le projet est encore dans des « délais normaux » de réalisation. Elle note cependant que si « le projet ne recule pas, il stagne en ce moment ».

En effet, la construction des logements sociaux devait débuter au début 2015 et être complétée à l’automne prochain.

« Tout le monde est un peu pris en otage par la lenteur de Mondev », explique la présidente du Comité consultatif d’urbanisme (CCU) et conseillère d’arrondissement pour le district du Mile-End, Marie Plourde.

L’arrondissement renvoie ainsi la responsabilité de ces délais au promoteur. « On a beaucoup de difficulté à obtenir sa coopération », affirme Marie Plourde. Le CCU a déjà émis un avis favorable au projet. « On a tout ce qu’il faut pour avancer », estime la conseillère qui souligne que l’arrondissement n’attend plus que les plans révisés pour délivrer le permis de construction au promoteur.

« Tous les documents sont entre les mains des fonctionnaires de l’arrondissement », confirme Lara Lévis qui espère que le dossier se débloquera rapidement. « Nous, on n’a aucune prise là-dessus. On est les témoins de ce qui se passe. »

Le propriétaire de Mondev, David Owen, n’a pas retourné nos demandes d’entrevue.

Vos commentaires
loading...