Publicité

Nuisances nocturnes dans Jeanne-Mance : ras-le-bol

Vie de quartier
Le maire d'arrondissement, Luc Ferrandez, et la conseillère d'arrondissement, Christine Gosselin, ont été interpellés par des résidents lors du dernier conseil d'arrondissement.
Le maire d’arrondissement, Luc Ferrandez, et la conseillère d’arrondissement, Christine Gosselin, ont été interpellés par des résidents lors du dernier conseil d’arrondissement. (photo : Simon Van Vliet)

Incivilités, insécurité et autres nuisances nocturnes étaient au cœur des préoccupations des citoyens lors de la période de questions au dernier conseil d’arrondissement.

Plusieurs résidents du district Jeanne-Mance, où se tenait pour la première fois le conseil d’arrondissement, la semaine dernière, se sont dits inquiets des problèmes de sécurité et de tapage nocturne dans le secteur.

Le récent meurtre à l’arme blanche, survenu à la sortie des bars dans la nuit du 24 au 25 juin, « était prévisible », a déploré Robert Lamarche, résident sur la rue Clark à hauteur de Guilbaut, qui dit avoir constaté « un état de désorganisation totale » des forces policières.

Des résidents vivant aux abords du parc Devonshire confirment que les problèmes de bruit durant la nuit persistent dans le petit parc situé sur la rue Clark, entre l’avenue des Pins et la rue Saint-Cuthbert, malgré les demandes répétées d’intervention policière.

Même son de cloche du côté de Francine Delorme, propriétaire d’un triplex qui donne sur l’arrière du bar La Vitriola, qui opère sans permis une salle de spectacle au 4602, Saint-Laurent.

Xavier Côté, qui réside dans le secteur depuis plus de 25 ans, estime que la sécurité du quartier s’est dégradée depuis deux ou trois ans. Il a demandé si l’arrondissement et le Service de police de la Ville de Montréal ont un plan d’action pour réduire les nuisances nocturnes liées à la sortie des bars ainsi qu’au trafic et à la consommation de drogues.

« Il y a peut-être une augmentation du chaos » a admis le maire d’arrondissement, Luc Ferrandez, qui a cependant insisté sur le fait que la criminalité a diminué sur le Plateau, comme sur l’ensemble du territoire montréalais.

S’il n’exclut pas l’application de manière plus systématique du règlement sur les batailles ou de celui sur les incivilités, il y a d’autres solutions a insisté le maire qui pense que les interventions policières massives peuvent « créer un trouble supplémentaire ». Pour les problématiques comme celles vécues au parc Devonshire, l’arrondissement ne rejette pas l’idée de clôturer les parcs.

Concernant le bruit, l’arrondissement se dit favorable à des approches préventives comme l’insonorisation des lieux de spectacles. La conseillère d’arrondissement pour le district Jeanne-Mance, Christine Gosselin, a d’ailleurs proposé d’organiser une rencontre avec l’exploitant de La Vitriola pour le sensibiliser aux nouvelles politiques de l’arrondissement sur le bruit.

Enfin, questionné sur le projet de prolongation des heures d’ouverture des bars, Luc Ferrandez a affirmé qu’il était « hors de question » que le Plateau s’avance sur cette voie.

Lire aussi : notre texte sur les préoccupations des résidents de la rue Saint-Dominique.

Vos commentaires
loading...