Publicité

Au feu !

Histoire
Pompiers, boul. Saint-Laurent, 1948
Les « grandes échelles » envahissent le boulevard Saint-Laurent. (Source: Association des pompiers auxiliaires de Montréal)

Dans les quartiers anciens, les rues se transforment souvent au fil des incendies.

La photographie de 1948, qui coiffe cet article, nous montre justement un incendie sur la rue Saint-Laurent tout juste au sud de Mont-Royal. Il est très surprenant de voir toute cette foule massée au pied de l’immeuble incendié et juchée sur les camions de pompiers. Aujourd’hui, les gens seraient à distance pas mal plus respectable et il ne serait pas question de s’installer sur l’équipement. C’est intéressant aussi de comparer l’évolution de l’équipement du Service de prévention des Incendies de la Ville de Montréal. Les camions « grande-échelle » ont fait place à des nacelles articulées beaucoup moins encombrantes. On note également le travail des pompiers depuis des échelles libres posées sur les façades; ce qui n’est plus utilisé de nos jours.

Mais, l’intérêt de cette photo consiste beaucoup plus dans le témoignage qu’elle nous livre de ce qu’est la « Main » à cette époque. On constate immédiatement, à la vue des raisons sociales qui s’affichent sur les commerces, que la base commerciale du boulevard Saint-Laurent (jusqu’en 1905, c’était la rue Saint-Laurent) est majoritairement juive.

En examinant la photographie, on note que le premier commerce à la gauche de la photo est le « SEGAL’S wholesale groceterias ». Il est situé dans un très vieux bâtiment qui possède à l’étage une galerie couverte qui fait toute la largeur de l’édifice. C’est une situation inusitée, car cela indique vraiment l’ancienneté du bâtiment. On voit bien que le tissu urbain de Saint-Laurent est encore composé en 1948, par des bâtiments du 19e siècle; les mêmes qui composaient, pour l’essentiel, le cœur du Village de Saint-Jean-Baptiste. Pour le moment, c’est le « Caplan’s hardware » qui flambe. Nous reviendrons à l’édifice Segal’s un peu plus loin.

Plus au sud, où vous voyez l’enseigne « Levitt’s delicatessen » (placée devant une large enseigne de Coca-Cola), on retrouvait là le commerce fondé par Madame Ida Steinberg en 1917. Cette petite épicerie verra l’invention du concept du supermarché moderne par le fils de la fondatrice, Sam. Tout le monde connaît la suite de l’histoire de ce qui deviendra un fleuron du commerce québécois, avant de sombrer sous le poids des disputes familiales de succession.

Revenons à notre commerce Segall’s. On le voit sur la photo suivante qui date de1986. Pour l’essentiel, l’édifice est toujours intact et il a conservé cette vieille galerie couverte et cette fausse mansarde aussi très curieuse.

Source : arrondissement du Plateau Mont-Royal/étude de la SIMPA 1986

En recherchant dans mes informations je suis tombé sur une autre photographie de la rue Saint-Laurent prise vers 1880. Quelle ne fut pas ma surprise de distinguer au loin le profil de cette même maison (même mansarde, même balcon couvert). Cette photo, qui fait le frontispice du numéro 6 de la Collection pignon sur rue, nous montre la rue Saint-Laurent vers le nord depuis la rue Marie-Anne. Une photo iconique de notre quartier. En passant, je vous invite fortement à vous procurer cette brochure (elle est encore disponible chez Renaud-Bray pour moins de 5 $).

au feu C

Source : Photothèque de la Ville de Montréal/Volume 6 « Pignon sur rue »

Voici un agrandissement de la photo précédente, montrant le bâtiment qui nous intéresse. Vous le voyez ici derrière le poteau incliné. Nous sommes sur la rue Saint-Laurent il y a 135 ans. Nous y voyons de petites maisons villageoises avec des toits à deux versants et d’autres plus importantes, de trois niveaux. Il en est passé du monde sur cette rue depuis ce temps-là. Ce n’est pas rien!

au feu D

Source : Photothèque de la Ville de Montréal/Volume 6 « Pignon sur rue »

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...