Publicité

Grève tournante : les écoles du Plateau mobilisées

Éducation
Des membres du personnel de soutien et du personnel professionnel de faisaient du piquetage lundi devant l'École Louis-Hyppolite-Lafontaine.
Des membres du personnel de soutien et du personnel professionnel faisaient du piquetage lundi devant l’École Louis-Hyppolite-Lafontaine. (photo : Simon Van Vliet)

C’était au tour des professionnels de l’éducation de former des piquets de grève devant les écoles du Plateau lundi (16 novembre).

Après avoir traversé l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue, les Laurentides, Lanaudière, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Nord-du-Québec, le Bas-Saint-Laurent, la Capitale-Nationale, le Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, la Côte-Nord, l’Estrie, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la Mauricie et la Montérégie, voilà que la deuxième vague de grève tournante s’abat sur Montréal.

Votées par les membres du Front commun intersyndical pour dénoncer la lenteur des négociations du secteur public et les offres gouvernementales, les journées de grève tournante visent à mettre de la pression sur le gouvernement Couillard.

Syndicats mobilisés, parents solidaires

« On est vraiment mobilisés », assure Latifa Hadi, déléguée syndicale de l’Association professionnelle du personnel administratif (APPA) à l’école Louis-Hippolyte-Lafontaine, rencontrée alors qu’elle faisait du piquetage sur la rue Berri.

Malgré les inconvénients occasionnés par le débrayage, les parents et les résidents sont solidaires des grévistes, assure la déléguée syndicale. « Les gens nous appuient vraiment », affirme la militante qui explique que des parents et résidents riverains se sont organisés pour assurer la garde des enfants pendant le congé forcé.

Nombreux sont d’ailleurs les parents du Plateau qui participent au mouvement Je protège mon école publique depuis la rentrée scolaire.

À la défense de l’école publique

En raison de la grève du personnel de soutien et du personnel professionnel, la Commission scolaire de Montréal a annulé tous les services aux élèves, jeunes et adultes, incluant le transport scolaire et les services de garde le lundi 16 novembre et le mardi 17 novembre.

« Il y a beaucoup de services qui ont été coupés, indique Latifa Hadi qui mentionne que les coupures à la CSDM ont eu des impacts sur la psychoéducation, l’éducation spécialisée, le service de garde et le soutien administratif. Il y a des élèves qui ont besoin de [ces] services essentiels. »

La journée de piquetage devant les écoles du Plateau sera suivie mardi d’une grande manifestation en appui aux négociations du secteur public et en défense du réseau des services publics qui débutera à 10 h 30 à la Place du Canada. Le mois dernier, une manifestation nationale de la Fédération autonome de l’enseignement avait rassemblé 25 000 personnes dans les rues de Montréal.

Vos commentaires
loading...