Publicité

Demande de désignation patrimoniale pour l’Institut des Sourdes-muettes

Histoire, Immobilier
Au printemps dernier, le FRAPRU avait établi son camp pour le droit au logement sur le terrain de l'ancien Institut des Sourdes-muettes.
Au printemps dernier, le FRAPRU avait établi son camp pour le droit au logement sur le terrain de l’ancien Institut des Sourdes-muettes. (photo : Simon Van Vliet)

Donnant suite à une motion adoptée lors du conseil d’arrondissement du 5 octobre, le maire du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez demande au gouvernement du Québec de classer l’Institut des Sourdes-muettes comme un ensemble architectural patrimonial.

« Nous sommes d’avis que l’ancienne Institution des Sourdes-muettes revêt une importance patrimoniale et historique », explique Luc Ferrandez dans une lettre adressée jeudi à la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David.

Rappelons que le gouvernement du Québec a annoncé plus tôt cette année sa volonté de mettre en vente l’immeuble, situé à l’angle de Saint-Denis et Cherrier, une décision à laquelle les groupes communautaires demandent de surseoir.

Réaffecter le patrimoine religieux et hospitalier

« Nous voulons nous assurer que tout projet de requalification de ce site soit respectueux de sa grande valeur patrimoniale et de son importance historique », avait déclaré le conseiller Alex Norris en préambule de la motion visant à mandater l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal à préparer un énoncé d’intérêt patrimonial sur le site et les bâtiments qui abritaient l’Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) jusqu’à la dissolution de cette dernière au début de l’année.

Si Québec dit avoir depuis retiré plusieurs bâtiments de la liste des sites excédentaires, dont l’Institut des Sourdes-muettes et l’Hôtel-Dieu, aucun projet de réaffectation n’a jusqu’à présent été annoncé.

En plus de leur caractère patrimonial incontestable, ces immeubles et les terrains sur lesquels ils sont situés présentent un potentiel de développement social et communautaire important, notamment pour du logement abordable. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le FRAPRU avait établi son camp pour le droit au logement sur le terrain de l’ancienne ASSS au printemps dernier.

« Construit entre 1882 et 1902, cet ensemble architectural de grand prestige, situé à une intersection de grande affluence, au cœur de la métropole, est intimement lié à l’histoire du Québec et de sa communauté de personnes sourdes et muettes, étant toujours utilisé par l’Institut Raymond-Dewar, héritier de plus de 160 ans d’expertise en matière de service aux Québécois malentendants », souligne le maire Ferrandez dans sa lettre à la ministre David.

Il fait ainsi écho aux groupes qui appellent non seulement à préserver le patrimoine bâti, mais également à maintenir la vocation publique, communautaire et institutionnelle des sites hérités des communautés religieuses montréalaises.

Vos commentaires
loading...