Publicité

Le Père Noel arrive sur le Plateau

Histoire
Coupre de presse du journal La Presse sur le Père Noël en 1901.
Arrivée du Père Noel à la gare du Mile-End en 1901 (1914) la vignette est erronée quant à la date. (Source : Archives du journal La Presse)

Ce n’est pas tout d’installer sa multinationale de fabrication de jouets au Pôle Nord !   Il faut ensuite également aller les livrer partout; y compris dans le Plateau Mont-Royal.

Ayant été prévenu par ses lutins spécialisés en logistique que l’accès au quartier était difficile, et que son traîneau pourrait difficilement s’y garer,  le Père Noel songe à adopter d’autres moyens de transport.

Coupre de presse du journal La Presse sur le Père Noël en 1901.

Arrivée du Père Noel à la gare du Mile-End en 1901 (1914) la vignette est erronée quant à la date. (Source : Archives du journal La Presse)

Mais comme vous pouvez le constater, cela ne date pas d’hier.  Déjà dans le journal La Presse de «décembre 1901», on constate que le bonhomme arrive en train à la gare du Mile-End.  Il veut profiter de la fiabilité et de la ponctualité de ce nouveau moyen de transport.  C’est un joyeux luron et un petit cachotier ce gros bonhomme, car la gare illustrée sur cette image n’a été construite qu’en 1913 afin de remplacer la première, construite en 1876, au moment de la première traversée du pays par le train.   On le voit qui est assailli par une nuée d’enfants, montrés vêtus dans des costumes de raquetteurs, avec tuques et ceintures à la taille pour les garçons; et pèlerines à collerettes pour les filles.  Vers 1914, ce nouveau quartier montréalais est en plein essor et ce n’est pas ça qui manque, des enfants.  Il faut

rappeler que Ville de Saint-Louis (anciennement Saint-Louis-du-Mile-End) était la troisième plus importante ville du Québec, lors de son annexion à Montréal en 1910.

père noel B

La nouvelle gare du Mile-End vers 1914. (Source : Archives du Canadien Pacifique)

Le Père Noël en aéroplane. (Source : Bulletin de la SHP hiver 2013)

Toujours d’avant garde, il avait également essayé l’année précédente, en 1913, une arrivée en « aéroplane » au Fletcher’s Field (futur parc Jeanne-Mance).  Quand même moins sécuritaire qu’avec les « gros chars », l’aventure ne semble pas lui plaire puisque l’année suivante il prendra le train, comme on l’a vu précédemment.  L’événement aérien est commanditée par le magasin Goodwin’s qui invite par la suite tout le monde à une procession au son de la fanfare vers son commerce situé rue Sainte-Catherine près d’University.  L’illustration suivante est extraite du bulletin de la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal qui relate l’événement.

Après avoir pris le train, l’avion, Il faut croire qu’il n’a pas aimé ces moyens de transport car, plusieurs années plus tard, le voilà qu’il débarque en 1960 sur le Plateau en hélicoptère au parc Baldwin.

père noel D

Page frontispice du Guide Mont-Royal de 1960. (Source: bulletin de la SHP hiver 2013)

Pauvre Père Noel, il ne se doute pas que son idée de livrer des cadeaux par hélicoptère sera reprise par la compagnie Amazon dans les années 2010.  Sauf que les drones du distributeur n’auront personne aux commandes.  Cette illustration, qui se trouve sur la première page de l’hebdomadaire « le Guide Mont-Royal », nous informe également sur plusieurs autres aspects de la vie du quartier, entre autres, que les commerces seront dorénavant ouverts le jeudi soir.  Elle nous rappelle aussi l’engouement de cette époque pour les parades mémorables et les tirages incroyables.  Ces tirages saisonniers importants, organisés par l’association des marchands, étaient toujours très courus par les résidants qui visitaient religieusement les commerces de l’avenue  afin d’améliorer leurs chances et de profiter parfois des cadeaux supplémentaires qui étaient « tirés »  par les magasins.

Ah ! La belle époque des beaux tirages !

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...