Publicité

Peu de bornes électriques sur le Plateau

Environnement, Transport
bornes de recharges électriques
Le Plateau compte six bornes de recharges pour voitures électriques sur son territoire. (Photo: AMT Flickr)

L’auto électrique est à la mode chez ceux qui veulent diminuer leur dépendance au pétrole. Mais sur le Plateau, les bornes publiques se font rares.

Le Québec devrait être la patrie de l’automobile électrique. Notre hydroélectricité fait en sorte que faire le plein d’énergie électrique, comparé au plein d’essence, une aubaine incroyable. Ailleurs, sur le continent, produire l’électricité implique l’utilisation d’énergies fossiles ou le nucléaire. Notre énergie, elle, est propre, propre, propre (pourtant, les Québécois n’ont jamais acheté autant de grosses cylindrées et de camions…).

Pour mousser l’utilisation de la voiture électrique, il devrait être facile de la recharger un peu partout, à des endroits stratégiques. Mais, il faut compter sur des bornes publiques, même si 80 % des recharges se font à la maison. Le Circuit électrique, un réseau implanté et alimenté par Hydro-Québec et des partenaires, offre des bornes de recharge de 240 à 400 volts. Il compte aujourd’hui 597 bornes, dont 29 rapides (qui rechargent 80 % des piles à plat d’un véhicule en 25 minutes). D’ici la fin de l’année, il y aura une soixantaine de ces bornes rapides. De plus, le Circuit électrique propose une application pour téléphones intelligents qui permet, à distance, de démarrer une recharge, de suive son avancement et de recevoir des notifications par courriel. Le bonheur, quoi.

Le problème, c’est que la carte de localisation de ces bornes permet de constater qu’à l’heure actuelle, le Plateau n’en compte que six, dont une seule à recharge rapide. Cette dernière est située dans le stationnement du Centre de services communautaires du Monastère. Une autre est située au restaurant Saint-Hubert, rue Saint-Denis, au sud de Mont-Royal (les Québécois doivent une fière chandelle à cette chaîne de restaurant, qui a multiplié les bornes devant ses établissements).

Une autre est située au locateur d’auto Discount, sur Papineau, au sud de Mont-Royal. Tout près, à l’Est, on en trouve une à l’aréna Mont-Royal, au parc des Compagnons de Saint-Laurent. Enfin, la dernière est située à l’extrémité nord-ouest du Plateau et du Mile-End, à l’aréna Saint-Louis, rue Casgrain, au nord de Saint-Viateur.

Aucune borne au parc Lafontaine ou à proximité des parcs Laurier et Jeanne-Mance. Pas de borne dans le secteur de la rue de Gaspé, où se multiplient les lofts d’artistes et les nouveaux locataires des anciennes manufactures de vêtements, qui se repeuplent rapidement de milliers de nouveaux travailleurs. Rien sur les grandes artères commerciales du quartier : Mont-Royal, Saint-Laurent, Saint-Denis, Sherbrooke, du Parc.

Pour magasiner en bagnole électrique, il faut aller au centre-ville de Montréal, où on trouve 66 bornes, dont 13 près du centre Bell. Ou au Dix-30, à Brossard, où on trouve deux bornes.

On trouve autant de bornes dans le Plateau Mont-Royal, le quartier le plus densément peuplé au pays, qu’à Saint-Sauveur-des-Monts, Sorel, Victoriaville, Saint-Hubert, Longueuil, Greenfield Park, Shawinigan et Lacolle. Il y a davantage de bornes à Belœil (7), Chambly (11), Rimouski (7), Magog (10), Joliette (8), Brossard (7), Repentigny (10), Boucherville (12), Drummondville (9) et Saint-Jérôme (8).

Sur l’île, les arrondissements de Saint-Laurent (12) et de Ville-Marie, qui comprend le Centre-Ville et le Vieux-Montréal (85), dominent. Le Plateau est en troisième position.

Vos commentaires
loading...