Publicité

Logement et aînés : le problème reste entier

Immobilier
La septuagénaire Liliane Dufour évincée l'an dernier n'a toujours pas été dédomagée par son ancien propriétaire.
La septuagénaire Liliane Dufour évincée l’an dernier n’a toujours pas été dédomagée par son ancien propriétaire. (photo : courtoisie du bureau du député Amir Khadir)

Le phénomène de la relocalisation forcée des aînés vivant dans les quartiers centraux fait de nouveau la machette.

L’éviction d’un locataire de 82 ans, dénoncée la semaine dernière par le Comité logement de La Petite-Patrie, survient quelques mois à peine après l’éviction de la septuagénaire Liliane Dufour d’un logement qu’elle occupait depuis 14 ans sur la rue de la Roche.

Or, malgré un jugement de la Régie du logement qui demande au propriétaire de lui verser une compensation équivalente à 3 mois de loyer et de rembourser les frais liés au déménagement, Liliane Dufour n’a pas encore été dédommagée.

Un problème invisible?

Il s’agit d’un « problème important », indique la coordonnatrice du Comité logement du Plateau Mont-Royal (CLPMR), Carole Boucher, qui estime que l’ampleur du phénomène demeure cependant « difficile à chiffrer ».

Selon le Profil des ménages et des logements, les personnes âgées de 65 ans ou plus représentent le soutien principal d’environ 10 % de l’ensemble des ménages sur le Plateau, dont plus de la moitié sont composés de personnes seules.

Les locataires aînés sont les plus susceptibles de tomber « dans la mire des gens qui veulent faire du profit », estime Carole Boucher, car ils occupent souvent des logements dont les loyers sont généralement inférieurs aux prix du marché. De plus, ils sont souvent isolés et donc plus vulnérables aux abus ou à la négligence de la part de leurs propriétaires.

« Il y a beaucoup, beaucoup d’aînés qui habitent seuls », confirme Julie-Anne Fortin, intervenante de milieu pour le projet Plateau ressources, qui a réalisé un porte-à-porte auprès de plusieurs centaines de ménages l’an dernier. « Il y en a beaucoup qui ne connaissent pas les ressources communautaires », ajoute-t-elle.

Un dossier à suivre

L’intervenante souligne que sur les quelque 75 dossiers qu’elle a ouverts suite à ses visites à domicile en 2015, environ la moitié concernaient des questions liées au maintien en logement pour des personnes âgées, dont au moins deux cas d’éviction abusive.

Une nouvelle tournée de porte-à-porte, prévue à l’été prochain, devrait permettre d’évaluer davantage la mesure du problème qui fera également l’objet de discussions lors d’un forum organisé par la Table de concertation Alliance troisième âge du Grand Plateau.

Vos commentaires
loading...