Publicité

U Pop : la saison d’hiver bat son plein

Éducation
Le cinéaste indépendant et vulgarisateur scientifique Bruno Dubuc qui a présenté la première de son film « Sur les traces d’Henri Laborit » devant la salle comble du café du nouvel espace interculturel l’Auditoire.
Le cinéaste indépendant et vulgarisateur scientifique Bruno Dubuc qui a présenté la première de son film « Sur les traces d’Henri Laborit » devant la salle comble du café du nouvel espace interculturel l’Auditoire. (photo tirée du site de l’U Pop)

La session d’hiver 2016 de l’U Pop se déploie dans une demi-douzaine de bars et de cafés montréalais dont plusieurs sont situés sur le Plateau.

Lancée le 26 janvier dernier à la Sala Rossa, la programmation de l’U Pop propose des cours sur des sujets aussi variés que l’astrophysique, l’économie politique anarchiste ou l’histoire des relations avec les nations autochtones.

Rencontres improbables

« Il y a un bon momentum », se réjouit le cinéaste indépendant et vulgarisateur scientifique Bruno Dubuc qui propose actuellement un cours avec le cinéaste d’origine péruvienne Carlos Ferrand, récipiendaire de la Bourse de carrière Michel-Brault du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Ce cours, qui porte sur la pensée du philosophe Walter Benjamin et celle du neurobiologiste Henri Laborit, est le fruit d’une rencontre improbable entre « deux cinéastes qui font des films sur des personnages inclassables du XXe siècle », explique Bruno Dubuc, qui a présenté il y a deux semaines la première de son film « Sur les traces d’Henri Laborit » devant la salle comble du café du nouvel espace interculturel l’Auditoire.

Synergies organiques

En avril, l’U Pop investira également le café-salon de la nouvelle coopérative Temps libre, dans le Mile-End, pour une série de cours sur le système juridique québécois. « Ça risque d’être excellent », prédit Bruno Dubuc en soulignant que les cours seront offerts par trois membres actifs de l’Association des juristes progressistes (AJP).

Le lien entre l’U Pop et Temps libre était un « match parfait », estime Bruno Dubuc, qui rappelle que l’U Pop a pour objectif la création de lieux de rencontre, de réflexion et de partage des connaissances favorisant l’action collective, tandis que Temps libre propose d’ouvrir des espaces publics intérieurs favorisant l’innovation sociale.

Le programme complet de la session d’hiver de l’U Pop comprend également une série de cours sur la musique et la politique présentée par la pianiste et auteure Marie-Ève Racine-Legendre, au Théâtre La Chappelle à compter du 10 mars.

Vos commentaires
loading...