Publicité

PRIMEUR: Dessiner l’avenir du Parc La Fontaine

Environnement
L'organisme Avenir parc La Fontaine formule une série de propositions ambitieuses pour le futur plan directeur du parc La Fontaine.
L’organisme Avenir parc La Fontaine formule une série de propositions ambitieuses pour le futur plan directeur du parc La Fontaine. (photo de courtoisie : Avenir parc La Fontaine)

pamplemousse.space.monolith.agency a obtenu en primeur les propositions d’Avenir parc La Fontaine élaborées en vue des consultations publiques qui débutent aujourd’hui (26 avril).

Le mémoire d’une douzaine de pages présente plusieurs propositions à intégrer au futur plan directeur qui doit ressortir d’un processus de consultations citoyennes qui s’étendra jusqu’au mois d’août.

Réunifier le parc

« Avec les années, le périmètre du parc a perdu une partie importante de ses espaces verts au profit de plusieurs surfaces asphaltées, des services d’entretien, des voies de services, de la circulation automobile ou du stationnement » qui segmentent le parc, peut-on lire en ouverture du mémoire.

Afin de renverser cette tendance et de réunifier le parc, Avenir parc La Fontaine propose notamment d’éliminer les stationnements dans le parc, de fermer les bretelles Rachel et Cherrier, de déplacer la piste cyclable sur l’Avenue du Parc La Fontaine et fermer la rue Émile-Duployé.

« Un parc, ce n’est pas un parking, ce n’est pas une autoroute », fait valoir le président de l’organisme, Denis Méthé.

« Ces changements sont proposés pour une vision d’ensemble de l’aménagement du parc qui ne soit pas subordonnée aux impacts sur la circulation automobile, les trajets des autobus de la STM et l’offre de stationnement », précise-t-on dans le mémoire.

Limiter les « usages particuliers »

La multiplication des zones à usage restreint « réduit d’autant les possibilités d’aménagement d’espaces verts destinés au grand public », déplore le mémoire qui propose notamment de reconvertir les terrains de balle et d’éliminer le parc à chiens.

« Le parc a été étriqué à cause de ça », note Denis Méthé, qui est conscient que ces propositions ne feront certainement pas l’unanimité auprès des amateurs de balle ou des propriétaires de chiens. « On ne se considère pas comme un groupe d’intérêt », ajoute-t-il, en précisant que son organisme a plutôt élaboré ses propositions d’ensemble afin de contribuer à la réflexion sur les orientations de développement du parc La Fontaine pour les 20 prochaines années.

Vos commentaires
loading...