Publicité

Alerte humidex: évitez les îlots de chaleur!

Environnement
Vivez-vous près d'un îlot de chaleur urbain? (image : Dromadaire Géo-Innovation)
Vivez-vous près d’un îlot de chaleur urbain? (image : Dromadaire Géo-Innovation)

Avec l’humidex, il a fait chaud hier et il fera chaud encore aujourd’hui et demain. Pour survivre à ces journées de canicule, mieux vaut éviter les îlots de chaleur.

Les îlots de chaleurs sont des zones en milieux urbains où la température peut être plus élevée, allant même de 10 à 15 degrés de plus, par rapport à d’autres zones intra-urbaines ou la campagne. Cette différence est notamment due à la présence de bitume et de béton; autrement dit, elle est causée principalement par l’absence de végétation à un endroit donné.

Les images suivantes, produites par Dromadaire Géo-Innovation exclusivement pour le Journal le Plateau, montrent justement les zones où les îlots de chaleur sont observés dans le Plateau.

Le Plateau Mont-Royal, vue dans l’axe nord-sud, sans le filtre des îlots de chaleur urbain. (image : Dromadaire Géo-Innovation)

Le Plateau Mont-Royal, vue dans l’axe nord-sud, sans le filtre des îlots de chaleur urbain. (image : Dromadaire Géo-Innovation)

 

Le Plateau Mont-Royal, vue dans le même axe, avec le filtre des îlots de chaleur urbain. Les zones rouges indiquent les endroits les plus chauds; les zones vertes, les endroits les plus frais. (image : Dromadaire Géo-Innovation)

Le Plateau Mont-Royal, vue dans le même axe, avec le filtre des îlots de chaleur urbain. Les zones rouges indiquent les endroits les plus chauds; les zones vertes, les endroits les plus frais. (image : Dromadaire Géo-Innovation)

On remarque que les zones très rouges sur cette carte se retrouvent plus vers le centre-ville, avenue Viger, boulevard René-Lévesque et rue Saint-Catherine. On dénote cependant du rouge et du orange le long de la rue Saint-Denis et du boulevard Saint-Laurent, notamment près de la station de métro Sherbrooke, l’INRS et de l’Institut d’hôtellerie et de tourisme du Québec; le site de l’Hôtel Dieu de Montréal; angle Mont-Royal et Saint-Laurent et aux autres intersections où il est possible d’observer une concentration de commerces.

Les chaudes journées d’été, les îlots de chaleur ont des conséquences néfastes sur l’environnement et la santé.

« La minéralisation des milieux urbains fait en sorte que, lors des journées où le soleil frappe fort comme aujourd’hui, la chaleur est absorbée et relâchée dans notre environnement, augmentant la température. Les îlots de chaleur viennent accentuer le smog, ce qui diminue la qualité de l’air. Il suffit de sortir à l’extérieur: on sent souvent un inconfort physique à cause de la chaleur. Ces effets sont pires pour les personnes plus vulnérables ou celles souffrant de maladies chroniques », fait remarquer Emmanuel Rondia, responsable des campagnes Espaces verts et milieux naturels au Conseil régional de l’environnement de Montréal.

Les parcs, ces îlots de fraicheur

Heureusement, les espaces verts, comme les parcs, viennent contrer les effets des îlots de chaleurs. Ce phénomène s’observe également sur les cartes ci-haut : le parc La Fontaine, le parc Jeanne-Mance, le parc Laurier et même le petit square Saint-Louis.

« Les arbres fournissent de l’ombre et purifient l’air. Mais, les solutions de luttes contre les îlots de chaleurs sont multiples : toute végétation, et pas juste les arbres, peut être bénéfique, en plus de contribuer à la préservation de la biodiversité; il faut aussi penser à la façon dont on fait nos aménagements urbains, comme en utilisant des matériaux de couleur claire pour réfléchir les rayons du soleil au lieu de les absorber, ou privilégiant les moyens de transport actifs », donne en exemple Emmanuel Rondia.

La climatisation de nos maisons peut être salutaire lorsqu’il fait chaud, mais fait également plutôt partie du problème. M. Rondia explique : « Lorsque l’on utilise l’air conditionné, la demande en énergie augmente, ce qui augmente aussi la génération de gaz à effet de serre, contribuant aux changements climatiques, donc aux variations de températures, ce qui peut entraîner plus de climatisation. C’est un cercle vicieux! »

Projet ILEAU

Grâce au projet ILEAU, le Conseil régional de l’environnement de Montréal mène une opération de lutte aux îlots de chaleur urbains jusqu’en mars 2017 dans cinq arrondissements de l’est de Montréal, situé dans l’axe de l’autoroute 25.

Quoique l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal n’était pas inclus dans la zone du projet ILEAU, Emmanuel Rondia espère bien que le programme puisse avoir une vie après cette première phase qui s’est échelonnée sur deux ans. « On espère bien pouvoir continuer après mars 2017 pour étendre nos interventions, menées avec les citoyens, les éco-quartiers et les entreprises, à d’autres arrondissements. »

Vos commentaires
loading...