Publicité

Jos-Marie Savignac, un monument… qui n’a pas encore son monument!

Histoire
Jos-Marie Savignac (Source : fonds Savignac / SHP / archives famille Savignac)

Personnage emblématique de la politique municipale et représentant du quartier Saint-Denis pendant une trentaine d’années, le notaire Joseph-Marie Savignac s’est préoccupé sans relâche de préserver la qualité de vie de son quartier.

Il est né en 1883 dans une famille de cultivateur près de Berthier. Après des études à Joliette, et son droit à l’Université de Montréal, il est admis à la pratique du notariat en 1910. Il fonde, avec son épouse Mélina Tardy, une famille composée de six filles et trois garçons, qui demeure de nombreuses années sur le boulevard Saint-Joseph, angle de La Roche.

Jos-Marie SavignacA

En 1910, il devient notaire et on ne peut nier qu’il a fière allure avec sa toge et son nœud papillon. Il est à pied d’œuvre pour de nombreuses tâches et une longue carrière. (Source : fonds Savignac / SHP / archives famille Savignac)

À l’élection d’avril 1930, il est élu pour la première fois échevin du district de Saint-Denis et est aussi choisi afin de faire partie du comité exécutif de la Ville de Montréal. Compagnon de Camillien Houde, il assure par sa force tranquille la contrepartie du bouillant maire et forge ainsi la base d’une équipe solide qui aura beaucoup de travail à abattre durant les années de la Grande Crise. 

Jos-Marie SavignacB

Un de ces grands travaux d’infrastructures; le prolongement du boulevard Saint-Joseph et le percement du tunnel Iberville, sous les voies de chemin de fer. Combien de temps prendrait ce travail s’il était exécuté aujourd’hui? (Source : Archives Ville de Montréal)

Il est remarqué pour ses efforts et sa créativité afin de venir en aide aux chômeurs et à leurs familles qui vivent sur le « secours direct » durant ces années difficiles. Plusieurs équipements municipaux, bains publics, viaducs, chalets de parc, datent de cette période.

Considéré comme le père du parc Sir-Wilfrid-Laurier, c’est lui qui fait en sorte, dès 1930, de le doter de son magnifique chalet dans le cadre des travaux de chômage. Il fait les efforts nécessaires pour transformer cette ancienne carrière et cet ancien dépotoir en un lieu offrant les espaces de récréation qui font cruellement défaut dans le quartier.

Mais c’est le percement du tunnel Christophe-Colomb, sous les voies ferrées du CPR en 1952, qui offrira à Jos-Marie Savignac sa bataille la plus difficile. Plusieurs s’entendent pour exiger l’aménagement d’un axe de circulation automobile au travers du parc afin de relier les tronçons nord et sud de l’avenue Christophe-Colomb. Monsieur Savignac s’oppose avec véhémence à charcuter le parc Laurier au profit de l’automobile et le sujet refait l’actualité pendant une bonne dizaine d’années. Sa ténacité nous permet aujourd’hui de profiter d’un parc magnifique, qui fait le plaisir des résidants du voisinage.

Jos-Marie SavignacC

Extrait du Guide Mont-Royal de 1960, peu avant que monsieur Savignac ne quitte la politique.

On lui doit également le prolongement du boulevard Saint-Joseph jusqu’à Pie-IX et le maintien de l’exceptionnelle qualité urbanistique du mail central du boulevard qui est préservée jusqu’à son départ de la politique.

Il a été conseiller de Saint-Denis de 1930 à 1932 et de 1934 à 1940; et du district 7 de 1940 à 1960. Il a aussi été membre du comité exécutif de 1930 à 1932 et président du comité exécutif de 1934 à 1936, de 1938 à 1940 et de 1957 à 1960.

Il marque la vie publique montréalaise de façon magistrale. Il décède en 1970.

Jos-Marie SavignacD

Extrait du journal Montréal-Matin du 6 mars 1970.

Jos-Marie SavignacE

Messieurs Savignac et Houde; une équipe qui aura marqué Montréal. (Source : Fonds Savignac / SHP / archives famille Savignac)

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...