Publicité

En se promenant « rue » Mont-Royal (deuxième partie)

Histoire
Rue Mont-Royal
L’édifice de l’entreprise « Moulin Océan » sur la rue La Salle qui deviendra plus tard la rue De Lanaudière. (source : BAnQ / fonds E.Z. Massicotte)

Cette semaine, on emprunte la section depuis la rue Rivard et jusqu’à Papineau, de cette bonne vieille « rue » Mont-Royal. C’est la suite de la visite de la semaine passée et l’avant-dernière de cette petite aventure dans le Plateau. La semaine dernière, nous avons fait les points 1 à 7 de cette balade et nous reprenons aujourd’hui au point 8, angle Saint-Hubert et Mont-Royal.

Rue Mont-Royal

8) Sur la magnifique rue Saint-Hubert (avant que la voiture ne vienne la dénaturer), on retrouvait du côté est, un peu au sud de la ruelle, la maison de Camillien Houde, alors maire de Montréal. La légende veut que le maire ait déjà, à partir du petit balcon rond à l’étage, harangué la foule venue l’acclamer suite à son retour du camp de prisonniers, où il fut interné pendant 4 ans à cause de sa prise de position contre la conscription, au moment de la deuxième Grande Guerre.

9) Au nord de Mont-Royal, entre les rues Christophe-Colomb et Mentana se situait un important champ de courses de chevaux. Cette activité était très populaire à l’époque et comme le « Plateau » est la banlieue de Montréal, il est normal qu’on y retrouve cet équipement. Il sera par la suite bien sûr chassé, par le développement immobilier. Il se retrouvera alors dans l’Est, à l’endroit qui deviendra le parc Baldwin.

10) Sur De Lanaudière, au coin de la ruelle nord de Mont-Royal, se trouvait une industrie unique en son genre: le « Moulin Océan ». C’est là où l’on fabriquait le fameux empois chinois qui servait à empeser les chemises des cols blancs, une population qui occupaient alors majoritairement le quartier. Le terrain est aujourd’hui occupé par des condos résidentiels et nul doute que si ce bâtiment était toujours debout, il ferait sûrement l’objet de convoitises et d’une restauration en « loft luxueux ».

Rue Mont-Royal

L’édifice de l’entreprise « Moulin Océan » sur la rue La Salle qui deviendra plus tard la rue De Lanaudière. (source : BAnQ / fonds E.Z. Massicotte)

11) Angle Garnier (angle nord-ouest), à la place de l’actuel dépanneur Opéra, se trouvait le tout premier local occupé par Jean Coutu et sa pharmacie. C’est là où le conglomérat que l’on connaît aujourd’hui vit le jour. C’est la naissance de la « pharm-escompte » qui fera tant jaser. Après quelques années à cet endroit (et probablement à cause de son succès grandissant), la pharmacie emménagea de l’autre côté de la rue, où une succursale se trouve toujours. Québec inc. sur l’avenue du Mont-Royal.

Rue Mont-Royal

La toute première « pharm-escompte » Jean Coutu.

12) Angle Garnier (coin sud-ouest), on retrouve aussi l’ancien emplacement du studio de photographie J.O.Allard. Ce studio fort connu des Montréalais aura surtout permis de préserver une page importante de la petite histoire du Plateau Mont-Royal. Photographe attitré de tous les événements qui avaient cours dans le quartier, le studio était également responsable de tirer la « binette » de tous les écoliers de la CECM (aujourd’hui CSDM). Ce sont de nombreuses générations de Montréalais qui ont été immortalisés par le studio Allard. Le studio a cédé sa collection à Bibliothèque et Archives nationales du Québec, en créant le fonds Allard.

Rue Mont-Royal

Le magasin L.N. Messier, un commerce mythique sur la « rue » Mont-Royal. (source : BAnQ fonds J.O. Allard)

13) Dans les années cinquante et soixante, l’actuel local occupé par le magasin Aubainerie était occupé par le « magasin à rayons » L.N.Messier. C’était le Dupuis Frères du Plateau et c’est lui qui conféra à l’avenue du Mont-Royal, son statut de « deuxième rue Sainte-Catherine». Le porte-parole du commerce fut pendant très longtemps Roger Baulu, annonceur bien connu et fort apprécié du public. Ce magasin était reconnu pour ses campagnes de vente fort innovatrices par exemple, lorsqu’il offrit en vente des mini-Austin 850. Elles se vendaient 1295 $ et vous pouviez faire le frais avec un dépôt de 8.50 $ comptant et 8.50 $ par semaine!

14) Entre Marquette et Papineau, on retrouve un des plus anciens commerces de l’avenue : la bijouterie Roy. Ce commerce est toujours administré par la famille Roy. On peut également rappeler un triste événement qui a eu lieu en 1963, tout juste à côté de la bijouterie, où un incendie emporta la vie de cinq pompiers et devint l’événement le plus tragique du Service d’incendie de la Ville de Montréal. L’endroit est aujourd’hui occupé par l’Intermarché. Ce fait historique a déjà été rapporté dans les pages du pamplemousse.space.monolith.agency.

Encore une fois, bonne promenade et bon retour dans le temps.

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...