Publicité

En se promenant « rue » Mont-Royal

Histoire
La Société d’histoire du Plateau Mont-Royal prépare pour 2017 une série de balades découvertes dans le quartier. Voici ici le trajet proposé le long de la « rue » Mont-Royal. (photo : Société d’histoire du Plateau Mont-Royal)
La Société d’histoire du Plateau Mont-Royal prépare pour 2017 une série de balades découvertes dans le quartier. Voici ici le trajet proposé le long de la « rue » Mont-Royal. (photo : Société d’histoire du Plateau Mont-Royal)

La Société d’histoire du Plateau Mont-Royal prépare pour 2017 une série de balades découvertes dans le quartier. En collaboration avec le groupe « Mémoire du Mile-End », nous allons vous proposer 25 de ces sorties au caractère historique dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal.

L’avenue du Mont-Royal, affectueusement nommée « rue » Mont-Royal, fera l’objet de trois balades présentant l’ensemble de son trajet. Les recherches préliminaires nous offrent déjà quelques idées que je partage avec vous, en vous invitant à suggérer d’autres éléments. Je vous la présente en trois sections et cette semaine, nous parcourons (très sommairement, il faut bien le dire) le trajet d’avenue du Parc au métro Mont-Royal. Les points de la photo réfèrent aux notes qui suivent.

La Société d’histoire du Plateau Mont-Royal prépare pour 2017 une série de balades découvertes dans le quartier. Voici ici le trajet proposé le long de la « rue » Mont-Royal. (photo : Société d’histoire du Plateau Mont-Royal)

1) À la place du Pétro-Canada, angle du Parc, on a longtemps retrouvé le terminus d’au moins sept lignes de tramways, lesquelles relevaient de presque autant de compagnies de tramways. À sa fermeture, il devint le « club » Minuit qui fut très populaire et qui, dit-on, présentait à nos yeux ébahis, les premières « annonces au néon ». La légende veut que les Jérolas y fissent leur début.  Il rendit l’âme dans un grand incendie.

Le café Minuit... un terminus qui devint une boîte de nuit. (source : Archives Ville de Montréal)

Le café Minuit… un terminus qui devint une boîte de nuit. (source : Archives Ville de Montréal)

2) Dans le quadrilatère Parc/ Saint-Joseph/ Saint-Urbain/ Rachel se trouvait le terrain des expositions provinciales et surtout, le fameux « Crystal Palace », dont la construction initiale sur la rue Sainte-Catherine fut finalement déplacée ici. Lui aussi rendit l’âme dans un grand incendie. Près du carrefour Mont-Royal et du Parc, la SHP a placé une plaque présentant le détail des activités s’y étant déroulées.

(photo : Gabriel Deschambault)

(photo : Gabriel Deschambault)

3) À la place du Provigo d’aujourd’hui, se dressait l’ancien ancien Forum. Les Canadiens y joueront de 1920 à 1926. La grande vedette du temps, Édouard « Newsy » Lalonde, y compta 6 buts contre Toronto, en janvier 1920, dans une victoire du Canadien 14 à 7; un record offensif qui tient toujours aujourd’hui. Dans un tout autre domaine, Robert Thériault, un membre de la SHGP me signale qu’en septembre 1920, quelques mois avant sa mort, le grand Enrico Caruso y chanta devant 10 000 personnes et y fit un triomphe. Le journal La Patrie du 28 septembre 1920 relate l’événement.

L’aréna Mont-Royal était aussi une grande salle de spectacle populaire (source : journal La Patrie)

L’aréna Mont-Royal était aussi une grande salle de spectacle populaire (source : journal La Patrie)

4) L’angle nord-ouest de Saint-Laurent et Mont-Royal était occupé par le vaste magasin à rayons « le Mont-Royal », sorte de la Baie ou Eaton’s de cette petite ville de banlieue qu’était Saint-Jean-Baptiste. Important en surface et en volume, c’était LE magasin du Nord.

5) L’angle Henri-Julien et Mont-Royal est réputé pour être le noyau fondateur du quartier. Dès le milieu du 18e siècle, on retrouve là une petite industrie de la tannerie opérée par la famille Plessis-Bélair (d’aujourd’hui), sous le nom de la tannerie des Béllaire. C’est également le point de départ du premier chemin du quartier, le chemin des Carrières, qui monte vers les carrières et qui nous entraîne vers le noyau villageois de Coteau Saint-Louis, premier village fondateur du Plateau Mont-Royal. Il y eut bien sûr auparavant le « Village des Tanneries », mais il ne s’agissait pas encore d’une structure administrative organisée.

6) L’actuelle Maison des jeunesses musicales du Canada était auparavant la clinique sanitaire Seigler. Au moment de la grande crise, la Ville de Montréal dut aménager tout un réseau de cliniques afin d’offrir aux familles ne pouvant s’offrir les soins de santé, un endroit  pour enfin y accéder.  Cette clinique opérait pour le Plateau Mont-Royal. C’était un peu les CLSC avant la lettre.

La Clinique Seigler avec sa façade d’inspiration Art Déco. (source : Archives Ville de Montréal)

La Clinique Seigler avec sa façade d’inspiration Art Déco. (source : Archives Ville de Montréal)

7) En lieu et place de l’actuelle Caisse Populaire du Plateau, se trouvait, jusqu’au début des années 80, le fameux « Mont-Royal BarBeCue ».  Doté d’une architecture unique et très fifties, l’édifice tirait avantage de sa proximité avec la rue Saint-Denis et avec le centre civique du quartier autour de l’église des Pères du Très-Saint-Sacrement. Icône typique de ce qu’était un grand restaurant sa façade, son décor extérieur et également son intérieur en faisaient un lieu unique. Nul doute qu’aujourd’hui, cette architecture serait non seulement préservée, mais on s’arracherait à fort prix la possibilité d’y tenir restaurant. Comme quoi les temps changent!

La bâtisse de l’actuelle Caisse Populaire du Plateau, alors que c’était encore le fameux restaurant Mont-Royal BarBeCue. (photo : UdeM)

Alors, il ne vous reste qu’à vous promener rue Mont-Royal, et vous rappeler ces souvenirs d’une autre époque. N’oubliez pas de nous communiquer vos souvenirs.

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...