Publicité

Un « complexe santé » dans le Plateau Est

Immobilier, Santé
Le promoteur du projet, Mathieu Huot, observe l'oeuvre d'art monumentale réalisée par l'artiste Marc Séguin qui a installée dans le hall d'entrée du bâtiment à la demande de l'arrondissement.
Le promoteur du projet, Mathieu Huot, observe l’oeuvre d’art monumentale réalisée par l’artiste Marc Séguin, installée dans le hall d’entrée du bâtiment à la demande de l’arrondissement. (photo : Simon Van Vliet)

L’ouverture d’un nouveau complexe médical donne le ton au redéveloppement à venir du Plateau Est.

Avec une superficie de 37 000 pieds carrés sur trois étages, le bâtiment construit à l’angle de rues Sherbrooke et Montgomery deviendra un pôle d’emploi spécialisé dans le domaine des services de santé.

Une conversion attendue

Longtemps occupé par un concessionnaire automobile, le terrain situé au 2815, rue Sherbrooke Est a fait l’objet de plusieurs projets de reconversion qui avaient avorté, notamment en raison des coûts importants de décontamination du terrain.

Selon le promoteur, HUOTCO Immobilier, la décontamination du site a en effet coûté environ 1 million de dollars, soit deux fois plus que prévu initialement.

Accueilli favorablement par le Comité consultatif d’urbanisme en juin 2015, le projet de complexe médical avait été soumis à de nombreuses conditions, dont le plafonnement du nombre de stationnements et l’aménagement d’un toit vert.

Encadrement serré

Le promoteur, qui en était à son premier projet sur le Plateau, a accepté de revoir ses plans qui ont été approuvés par le conseil d’arrondissement en mai 2016.

« C’est plus de temps, c’est plus de coûts, mais honnêtement ça vaut la peine, affirme Mathieu Huot. C’est plus complexe qu’ailleurs, c’est plus encadré », ajoute-t-il, tout en reconnaissant que les demandes de l’arrondissement ont finalement amélioré la qualité architecturale du projet.

Il cite en exemple l’œuvre d’art monumentale installée dans le hall d’entrée du bâtiment à la demande de l’arrondissement. « C’est important qu’il y ait de l’art dans les lieux publics », explique l’auteur de la toile réalisée, l’artiste Marc Séguin. Son œuvre, évoquant la vie, la santé et la guérison, représente un grand arbre dont les veines, rouges, font penser à la circulation du sang dans les artères et les branches s’apparentent à un réseau nerveux.

Lire également : Un prélude au PPU du Plateau Est?

Vos commentaires
loading...