Publicité

Comment une belle dame peut inspirer l’écriture d’une chronique historique

Histoire
« Une photo qui, d’un premier abord, peut sembler banale, mais quand on y regarde de plus près, c’est une photo qui révèle plein de choses. »
« Une photo qui, d’un premier abord, peut sembler banale, mais quand on y regarde de plus près, c’est une photo qui révèle plein de choses. »

Un membre de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal, ancien résident de la paroisse Saint-Stanislas et grand amoureux du quartier, me communique parfois des photos anciennes captées dans le Plateau.

Récemment, il m’a fait parvenir cette magnifique photo de sa grand-mère Marguerite, prenant la pose en 1924 sur le balcon familial de la rue Des Carrières (future rue Berri). Une photo qui, d’un premier abord, peut sembler banale, mais quand on y regarde de plus près, c’est une photo qui révèle plein de choses.

Chronique PAMPLEMOUSSE no_83_1

Photographie de Marguerite sur le balcon du 5179, de la rue Des Carrières. (photo : Archives de la Famille Caron , fournie par Robert Caron)

Ces vieilles photos nous montrent souvent une image détaillée d’une époque particulière. Ici, par exemple, on peut apprécier la mode des années 1920. La coupe d’une robe d’été à motifs, peut-être en lin ; des souliers avec un talon évasé, très à la mode à cette époque ; une coiffure également typique de ces années puisqu’on la retrouve souvent dans nos vieilles photos familiales. C’est possiblement cette coiffure qui a inspiré celle de la princesse Leia du film Star Wars, qui sait ? On peut aussi avoir une idée de « l’architecture urbaine » du quartier où les colonnes et boiseries des balcons sont complétées par des garde-corps en fer ornemental finement galbés.  On voit aussi l’auvent de la maison voisine qui est typique de ces années. La toile descend jusqu’au garde-corps et en conséquence, l’ensemble du balcon est à l’ombre et vous pouvez finalement y passer tout votre après-midi.

Mais pour moi, ce qu’il y avait de plus intéressant dans ce témoignage, c’était l’image que l’on apercevait au loin, de l’église Saint-Denis.

Il faut savoir qu’au moment de sa construction, l’église possédait deux clochers identiques. La photo suivante (une image contemporaine) est retouchée afin de montrer l’église telle qu’elle apparaissait au moment de sa construction.

Photo captée et retouchée par Gaétan Sauriol (membre du conseil d’administration de la SHP) qui nous montre l’église telle qu’on pouvait l’admirer avant sa modification de 1924.

Photo captée et retouchée qui nous montre l’église telle qu’on pouvait l’admirer avant sa modification de 1924. (photo : Gaétan Sauriol (membre du conseil d’administration de la SHP))

Conçue et amorcée en 1900, la construction par phase de l’église d’origine est complétée en 1911.   À cette date, les deux clochers sont symétriques comme on le voit ici et ce n’est qu’en 1924, au moment où  la fabrique achète un carillon, que l’on procède à l’exhaussement du clocher Est.  En plus du carillon, on y installe une horloge à quatre faces, ornée de pièces de céramiques colorées et vernissées.  En 1931, un violent incendie détruit le bâtiment, mais on le reconstruit sur les mêmes murs.  Cette très belle église, œuvre de l’architecte Joseph Venne, fait partie du paysage de la rue Laurier et de la toute nouvelle place du Côteau Saint-Louis ; et elle participe également à enrichir le patrimoine architectural du Plateau Mont-Royal.

Le clocher Est après son exhaussement de 1924. (photo : Ville de Montréal)

Le clocher Est après son exhaussement de 1924. (photo : Ville de Montréal)

Détail des extraordinaires ornements vernissés qui ornent le haut du clocher Est. Un œil averti notera que certains joints da la maçonnerie de pierre sont évidés et qu’il serait important que l’on voie rapidement à leur réfection. (photo : Bernard Vallée)

Détail des extraordinaires ornements vernissés qui ornent le haut du clocher Est. Un œil averti notera que certains joints da la maçonnerie de pierre sont évidés et qu’il serait important que l’on voie rapidement à leur réfection. (photo : Bernard Vallée)

Depuis maintenant deux ans, cette église peut aussi être visitée durant l’été. Un guide assure une présence et fait des visites commentées. Vous aurez alors aussi l’occasion d’admirer les peintures de Marie-Josée Hudon (membre du conseil d’administration de la SHP), qui y expose ses œuvres des personnages du « Musée des grands Québécois ».

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...