Publicité

Déneigement à risque : une citoyenne sonne l’alarme

Transport
La plus récente plainte de la citoyenne concernait la circulation à contresens et l’empiètement sur le trottoir d’un tracteur-chargeur.
La plus récente plainte de la citoyenne concernait la circulation à contresens et l’empiètement sur le trottoir d’un tracteur-chargeur. (photo courtoisie d’Edna-May MacKenzie)

Une résidente de la rue Parthenais s’inquiète de la persistance de pratiques de déneigement dangereuses et dommageables tant pour les usagers que pour les infrastructures.

Depuis une quinzaine d’années Edna-May MacKenzie, qui se présente comme « défenseur du droit de jouer librement en sécurité dans les espaces de jeu public », documente et dénonce des infractions répétées et impunies au Code de la sécurité routière commises par des entrepreneurs en déneigement.

Des infractions autorisées?

« Les activités de déneigement avec camions lourds à visibilité restreinte ne respectent pas le Code de la sécurité routière », avance-t-elle dans un document étoffé, soumis notamment à l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, au ministère de la Sécurité publique, au ministère des Transports, à la Société de l’assurance automobile du Québec. « Ces méthodes sont autorisées par le SPVM » et ce, malgré le fait qu’elles « mettent en danger la sécurité des piétons, travailleurs et automobilistes » et « favorisent la destruction des infrastructures (trottoirs, bateau pavé, égouts et mobilier urbain) », poursuit-elle dans le rapport de 15 pages dont pamplemousse.space.monolith.agency a obtenu copie.

Alors que la question de la sécurité du déneigement refait surface, Edna-May MacKenzie s’étonne du fait que personne ne s’attarde au fond du problème, soit le non-respect systématique et impuni du Code de la sécurité routière par des entreprises de déneigement.

Huit ans plus tard : rien n’a changé

« Voilà maintenant 8 ans que je rapporte les méthodes dangereuses utilisées sur Parthenais sans que les choses ne changent », écrit l’activiste dans sa plus récente plainte. Formulée au début janvier, cette plainte concernait la circulation à contresens et l’empiètement sur le trottoir d’un tracteur-chargeur.

Malgré les recommandations du Bureau du coroner du Québec et celles du Comité stratégique pour un déneigement sécuritaire, la culture tarde à changer, déplore la citoyenne qui affirme avoir reçu « encore une promesse » que les opérations de déneigement seront bien surveillées et que les contrevenants seront punis.

Vos commentaires
loading...