Publicité

Les déclarations d’intérêts des élus locaux

Élus
Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez. (photo : Facebook)
Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez. (photo : Facebook)

En plus d’être maire, Luc Ferrandez est le président et le seul actionnaire d’une compagnie nommée G2C.

C’est ce qu’indique Radio-Canada dans un article publié aujourd’hui au sujet des déclarations d’intérêts des élus montréalais. Quoiqu’il n’est pas illégal de cumuler plusieurs fonctions, le journaliste rappelle que les élus doivent déclarer leurs intérêts chaque fin d’année, selon la Loi québécoise sur les élections et les référendums dans les municipalités.

Il est d’ailleurs spécifié dans le Code d’éthique et de conduite des membres du conseil de la Ville que les membres doivent déposer, après leur élection et annuellement, une déclaration écrite mentionnant l’existence des intérêts pécuniaires, des emplois et des postes d’administrateur qu’ils occupent ainsi que l’existence des emprunts contractés auprès d’autres personnes ou organismes que des établissements financiers et dont le solde excède 2 000 $.

D’après le Registraire des entreprises du Québec, les secteurs d’activité de la compagnie de l’ex-chef de Projet Montréal entrent dans la catégorie « Bureaux de conseillers en gestion » et « Exploitants de bâtiments résidentiels et de logements ».

Dans l’article, il est également mentionné que le conseiller d’arrondissement Richard Ryan déclare être employé du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière.

Vos commentaires
loading...