Publicité

Sécurité routière : Vélo Québec relance le débat

Transport
Les grandes orientations et les priorités de Vélo Québec en matière de révision du CSR devraient être rendues publiques d'ici la fin de la semaine.
Les grandes orientations et les priorités de Vélo Québec en matière de révision du CSR devraient être rendues publiques d’ici la fin de la semaine. (photo : Simon Van Vliet)

La réforme du Code de la sécurité routière (CSR) est l’occasion de relancer le débat sur la cohabitation entre les divers usagers de la route, estime Vélo Québec.

L’organisme, fondé il y a 50 ans, est impliqué dans le processus de révision du CSR qui s’étire depuis plusieurs années.

Assouplir ou mettre à jour les règles?

Un mémoire de Vélo Québec déposé en 2014 évoquait déjà les grandes modifications réglementaires proposées pour assurer un partage sécuritaire de la chaussée et une meilleure cohabitation entre cyclistes et automobilistes.

Loin de se limiter à assouplir les règles pour les cyclistes, une simplification outrancière dont Vélo Québec se défend, l’organisme demande une mise à jour des normes applicables aux cyclistes.

Magali Bebronne, chargée de projet à Vélo Québec, donne l’exemple de l’obligation de rouler à l’extrême droite de la chaussée qui est incompatible avec le déploiement de vélorues.

Adapter les exigences

« Les exigences, les sanctions doivent être adaptées », plaide-t-elle.

Par exemple, l’interdiction pour les cyclistes d’utiliser les feux désignés pour les piétons alimente les conflits entre les vélos et les véhicules routiers qui effectuent des virages aux intersections. La levée de cette interdiction, combinée à l’utilisation systématique de miroirs antéviseurs sur les camions, pourrait réduire les risques de collisions avec des poids lourds.

Aménager la cohabitation

Pour Vélo Québec, la sécurité des usagers de la route ne se réduit pas à des questions strictement réglementaires, explique Magali Bebronne. « On va parler des aménagements », prévient la chargée de projets qui souligne qu’il sera inévitablement question du financement des infrastructures cyclables.

Reste à voir si le mémoire reprendra la proposition de la nouvelle coalition pour les transports actifs de consacrer 5 % de l’ensemble des budgets d’infrastructures au développement d’infrastructures de transport actif ou s’il se contentera de recommander la reconduction du Programme Véloce II ou d’un financement similaire.

Les grandes orientations et les priorités de Vélo Québec en matière de révision du CSR devraient être rendues publiques d’ici la fin de la semaine.

Vos commentaires
loading...