Publicité

2016 : une année pré-électorale?

Élus
Ouverture du conseil d'arrondissement du lundi 4 juillet. (photo: Linda Mohammedi)
Ouverture du conseil d’arrondissement du lundi 4 juillet. (photo: Linda Mohammedi)

Avant de reprendre sa couverture régulière, pamplemousse.space.monolith.agency complète sa revue des petits et grands moments de l’année 2016. Aujourd’hui : les élus.

Alors que 2015 avait été marquée notamment par une virulente opposition aux politiques de stationnement de l’administration locale, 2016 n’a pas donné lieu à de grandes confrontations, au contraire. Doit-on voir là le calme avant la tempête électorale de 2017?

Des alliances improbables et des débats animés

Dès le premier conseil de l’année, le ton était donné avec la proposition de former un comité non partisan pour se pencher sur la situation de la rue Brébeuf, qui a d’ailleurs continué à faire les manchettes en 2016. Formulée par Michel Pauzé, porte-parole du Comité des résidents et des gens d’affaires du Petit-Laurier et opposant notoire de l’administration Ferrandez, et deux partisanes de Projet Montréal, cette proposition tranchait avec le ton acrimonieux des débats de l’année précédente.

Si les conseils subséquents ont donné lieu à quelques vifs débats, ils se sont pour la plupart déroulés sans histoire… ou presque. Entre le dossier du logementcelui de l’aménagement urbain et la gestion courante du budget d’arrondissement, le conseil n’a pas chômé en 2016.

Mettant de côté leur habituelle unanimité, les membres du conseil ont même été appelés pour la première fois depuis des années à voter sur une résolution!

Dossiers à suivre

Le Plateau continue d’investir dans la lutte à la pauvreté qui affecte une partie importante de la population, comme en témoigne l’insécurité alimentaire croissante.

À défaut d’obtenir l’inclusion de logements abordables dans les grands projets résidentiels, l’arrondissement a obtenu des contributions importantes pour le développement du logement social.

Après cinq ans de procédures devant les tribunaux, le dossier des panneaux-réclame a rebondi à l’automne avec un jugement de la Cour supérieure du Québec, condamnant l’interdiction imposée par l’administration du Plateau en 2011. Lors de la séance du conseil de novembre, le maire d’arrondissement a annoncé que la décision sera portée en appel.

Vos commentaires
loading...