Publicité

Adieu Navarino, bonjour Felice!

Économie, Vie de quartier
L'enseigne du nouveau café Felice et l'auvent de l'ancienne boulangerie Navarino cohabitent encore sur la facade du bâtiment situé en face du YMCA du Parc, à l'angle de Saint-Viateur.
L’enseigne du nouveau café Felice et l’auvent de l’ancienne boulangerie Navarino cohabitent encore sur la facade du bâtiment situé en face du YMCA du Parc, à l’angle de Saint-Viateur. (photo : Simon Van Vliet)

Trois mois après la fermeture de la boulangerie grecque Navarino, établie au coin de Saint-Viateur et Parc depuis 1962, le café Felice a ouvert ses portes.

Ce n’était pas un secret pour les habitués de Navarino que le propriétaire, Peter Tsatoumas qui avait repris, en 1992, la direction du commerce fondé par son père trente ans plus tôt, était prêt à prendre sa retraite.

La fin d’une époque

Néanmoins, comme le titrait le quotidien The Gazette en décembre dernier, la fermeture définitive et soudaine du café marquait la fin d’une époque pour les gens du quartier, d’autant plus qu’elle survenait quelques mois après la fermeture de la mercerie italienne voisine.

La mise en vente du fonds de commerce de Navarino et du bâtiment qui l’abritait s’est faite sans agent. C’est le propriétaire de Saint-Viateur Bagel, Joe Morena, qui a racheté le local et Vince Spinale, ancien employé du café Olympico, qui a repris le fonds de commerce pour y établir son nouveau café : Les P’tits enfants de Felice.

L’ancienne cuisine du Navarino, qui donne sur l’arrière du bâtiment, sert maintenant d’espace d’entreposage pour la boutique Saint-Viateur Bagel située de l’autre côté de la ruelle, alors que le café occupe la partie avant qui donne sur l’avenue du Parc.

« J’étais content que ce ne soit pas un Subway ou un McDo », se réjouit Pascal Henrard, fondateur de l’association des citoyens contents du Plateau, interviewé mardi matin alors qu’il sortait du café. « Il y avait une ambiance dingue! », relate l’éternel enthousiaste résident du Mile-End qui souligne que le nouveau café, ouvert la fin de semaine dernière, semble déjà être devenu un point de rencontre pour les gens du quartier.

 

Un esprit de quartier

« Pour moi c’est important de garder un peu de ce que Navarino était », explique Vince Spinale qui a entièrement refait la décoration intérieure, mais qui a conservé une photo de l’enseigne originale du New Navarino, dont l’original fait maintenant partie de la collection du Montréal Signs Project.

Plus que l’iconographie, c’est l’esprit communautaire du lieu que souhaite préserver le propriétaire du nouveau café. « Je viens du quartier. J’ai grandi Clark/Bernard », fait valoir Vince Spinale qui connait bien la dynamique locale et entend faire de son commerce « un café de quartier », comme l’était Navarino.

Il espère par ailleurs reconquérir l’ancienne clientèle du Navarino, composée en partie de gens qui venaient manger à la sortie du YMCA du Parc, situé de l’autre côté de la rue.

Vos commentaires
loading...