Publicité

L’allée Alma et le Champ des possibles : une relation à construire

Environnement, Vie de quartier
Conçue comme un lieu fonctionnel, principalement voué à faciliter le transit actif dans le secteur, l'allée Alma représente « un lieu très programmé » aux antipode du caractère sauvage du Champ des possibles, analyse l'architecte paysagiste et coordonatrice au développement du Champ, Caroline Magar.
Conçue comme un lieu fonctionnel, principalement voué à faciliter le transit actif dans le secteur, l’allée Alma représente « un lieu très programmé » aux antipode du caractère sauvage du Champ des possibles, analyse l’architecte paysagiste et coordonatrice au développement du Champ, Caroline Magar. (photo : Simon Van Vliet)

Le Champ des possibles cohabitera bientôt avec une allée Alma réaménagée qui transformera le paysage et les usages dans le Secteur Saint-Viateur Est.

Enclavé entre la voie ferrée, les mégastructures de la rue de Gaspé et le couvent des Carmélites, le Champ des possibles a longtemps été perçu comme un espace abandonné. En créant un corridor vert reliant la nouvelle allée cyclopédestre Saint-Viateur, qui borde le sud du Champ, et la rue Maguire, l’allée Alma viendra désenclaver cet îlot de verdure sauvage.

À chaque lieu sa vocation

Est-ce une bonne nouvelle? « Ce n’est pas simple de prendre position », indique Caroline Magar, architecte paysagiste et coordonnatrice au développement pour les Amis du Champ des possibles, rencontrée lors du dévoilement du concept d’aménagement de l’allée Alma, jeudi dernier.

Conçue comme un lieu fonctionnel, principalement voué à faciliter le transit actif dans le secteur, l’allée Alma représente « un lieu très programmé », analyse Caroline Magar. Ce type d’aménagement et d’usage est aux antipodes du caractère « extrême sauvage » et « non programmé » du Champ des possibles, observe-t-elle.

« Est-ce que les gens vont tourner le dos à la dynamique du Champ? », s’interroge-t-elle a haute voix en insistant sur l’importance de bien penser la relation entre le Champ des possibles et les espaces environnants.

Un retour de l’histoire?

Ce ne sera pas la première fois que les transformations des usages dans le secteur viendront bouleverser les habitudes, note le spécialiste en histoire urbaine Justin Bur qui s’est penché récemment sur l’évolution des abords de la voie ferrée dans le cadre d’une conférence de Mémoire du Mile-End.

Ainsi, la communauté religieuse des Carmélites trouvera « enfin, après plus d’un siècle de bruit et de ferveur industrielle », la paix et la tranquillité qu’elle recherchait en déménageant, à la fin du 19e siècle, du bord du fleuve pour s’installer aux confins de ce qui s’appelait alors le coteau Saint-Louis.

Vos commentaires
loading...