Publicité

Resto Plateau : 25 ans de restauration populaire

Vie de quartier
Gilles Trépanier, directeur général, et Johanne Lambert, membre fondatrice, ont vu le Resto Plateau évoluer au fil des besoins et des enjeux en matière du Plateau.
Gilles Trépanier, directeur général, et Johanne Lambert, membre fondatrice, ont vu le Resto Plateau évoluer au fil des besoins et des enjeux en matière du Plateau. (photo : Simon Van Vliet)

En plus d’offrir des repas abordables et des services d’insertion, le Resto Plateau est un acteur engagé dans son milieu depuis 25 ans.

Entré en poste il y a cinq ans, dans la tourmente d’un scandale de fraude qui avait ébranlé l’organisme, le directeur général Gilles Trépanier a repris le flambeau de ce projet qui allie économie sociale et action communautaire.

L’approche de restauration populaire du Resto Plateau consiste à offrir un service de première ligne pour combattre l’insécurité alimentaire et l’isolement, mais aussi à participer à un travail d’action communautaire plus large.

Le Resto Plateau était d’ailleurs mobilisé lors de la grève du communautaire l’automne dernier.

Un témoin des enjeux en émergence…

« On n’est pas une soupe populaire », insiste le directeur général qui précise que l’organisme est aussi un témoin privilégié de l’évolution des enjeux et des besoins dans la communauté.

Par exemple, l’équipe du Resto Plateau voyait venir depuis un certain temps la crise nationale des opiacées qui fait la manchette depuis quelques mois.

« On voit tellement, sur le terrain, des problèmes sociaux qui s’en viennent », explique Gilles Trépanier.

« La solitude, la précarité, il va y en avoir encore pour un petit bout », lâche-t-il en anticipant les effets de l’austérité sur les personnes les plus vulnérables dans les années à venir.

… et de l’évolution de la communauté

Rétrospectivement, l’évolution du profil des participants au programme de formation en cuisine témoigne également des transformations dans la communauté au fil du dernier quart de siècle.

À l’époque de la fermeture des manufactures de textiles dans les années 1990 et 2000, bon nombre de travailleurs et de travailleuses mis à pied sont passés par le Resto Plateau pour se reconvertir à un autre emploi.

« Ça varie dans le temps », confirme Gilles Trépanier qui souligne que le profil des participants s’est également transformé au fil des vagues d’immigration successives. « Dans deux ans, il va y avoir beaucoup de Syriens », prédit-il.

Lire aussi : Resto Plateau : un quart de siècle à nourrir la communauté.

Vos commentaires
loading...