Publicité

« Saint-Denis sans autos » : une image qui fait rêver

Transport
Dans le concept imaginé par le designer Alexandre Bethiaume, l'espace consacré aux voitures sur la rue Saint-Denis serait éliminé pour faire place à deux travées de tramway, une bande verte de 5 mètres de large, une piste cyclable et, du côté Est, un immense trottoir de 10 à 12 mètre de large.
Dans le concept imaginé par le designer Alexandre Bethiaume, l’espace consacré aux voitures sur la rue Saint-Denis serait éliminé pour faire place à deux travées de tramway, une bande verte de 5 mètres de large, une piste cyclable et, du côté Est, un immense trottoir de 10 à 12 mètre de large. (photo de courtoisie : Alexandre Berthiaume, Fultil Design)

Une scène futuriste montrant un tronçon de la rue Saint-Denis réaménagé pour éliminer complètement la place pour l’automobile a fait sensation cette semaine.

Le projet de revitalisation fictif, intitulé Saint-Denis sans autos, s’appuie sur « une vision à très, très, très long terme » où la place de la voiture en ville serait réduite au point où une artère majeure comme Saint-Denis pourrait être entièrement fermée à la circulation automobile, explique Alexandre Berthiaume, le designer de Futil Design à l’origine du concept.

Rêver sans contraintes

Architecte de formation, Alexandre Berthiaume est conscient d’avoir « fait abstraction de beaucoup de contraintes ».

Tel qu’il a redessiné la rue, la circulation des véhicules d’urgence serait par exemple impossible sur Saint-Denis.

« Le but c’était surtout de faire rêver les gens », explique-t-il.

Une rue transformée

« Dans sa proposition, Alexandre recommande un léger changement du côté Ouest de St-Denis par un élargissement des trottoirs de 50 cm et par l’ajout de bancs utiles aux piétons et aux utilisateurs du tramway, explique la designer Catherine d’Amours qui signe le texte descriptif accompagnant le concept et les illustrations 3D. Aussi, il propose deux travées de tramway distancées d’une plate-bande de verdure et quelques aires d’attente et de débarquement. En plein centre on retrouverait une bande verte de 5 m (16,5 pieds) de largeur pouvant éventuellement accueillir des arbres matures. De l’autre côté, une piste cyclable de 3 m de largeur, puis, un gigantesque espace trottoir et terrasse [de 10 à 12 mètres de large]. »

De toute évidence, ce rêve fait écho à une vision d’avenir assez largement partagée.

« Ça fait parler beaucoup! », constate Alexandre Berthiaume dont le projet a fait le tour des réseaux sociaux cette semaine. Un article sur son projet (imaginaire) publié par Nightlife a été partagé plus de 1500 fois le jour de sa publication, mercredi, et avait atteint près de 4 500 partages vendredi matin.

Le pouvoir de l’image

Il s’agit là d’une illustration du « pouvoir de l’image » dans le champ de l’urbanisme, estime Pierre Mallet, responsable des plateformes web et des médias sociaux à l’Association du design urbain du Québec, qui salue l’initiative d’Alexandre Berthiaume.

« Ça tombe à point », se réjouit Pierre Mallet en soulignant qu’une proposition aussi radicale pourra pousser plus loin la réflexion sur l’avenir de la rue Saint-Denis, entamée à la fin des travaux d’infrastructures l’an dernier.

« Faire les travaux pour refaire à l’identique, c’est toujours un peu un échec », soupire le designer urbain qui trouve rafraichissant de voir émerger « des projections qui font du bien » et qui, comme Saint-Denis sans autos, contribuent à alimenter les débats sur le design urbain.

Vos commentaires
loading...